Littérature

Ma douce amie

« Je fis un petit sourire en coin et je la serrai dans mes bras. Élina qui dessinait nous rejoint et un câlin solide, rempli d’amour qui voulait tout dire pour nous se fit. »

e0d72d716df6f2fdc82be14518a64860
La pluie libère l’âme de la défunte © Pinterest

Ses yeux ouverts fixaient le plafond blanc de la chambre. Ses traits étaient ceux d’une personne ayant souffert; visage émacié, pâle, creux. Depuis quelques minutes, son cœur s’était éteint. Le médecin lui ferma les yeux.

Amélie était une jeune femme très discrète et gentille, mais atteinte d’un cancer. Elle en avait déjà eu un auparavant et s’en sortit avec difficulté. Celui-ci avait commencé dans une partie de son corps et c’était généralisé. Au début, elle vivait bien malgré les traitements et puis son état s’est détérioré.

Les spécialistes ont eu beau m’expliquer qu’un cancer ne se contrôlait pas et pouvait revenir en force, malgré les soins, je n’y croyais pas. Je pensais réellement qu’elle guérirait cette fois et vivrait assez longtemps pour voir grandir sa fille Élina. Pour moi, ce qui l’acheva était le départ de son mari. Un homme volage et irresponsable.

Il ne comprenait pas la souffrance d’Amélie et sa peur qu’il s’éloigne d’elle. Son cancer l’inquiétait, mais de mourir sans son compagnon à ses côtés la préoccupait encore plus. Elle se résigna à son sort et profita des doux moments avec sa fille; une enfant joyeuse et vive.

Je venais la voir tous les jours avec Élina, car être près d’elle me rassurait, me remplissait de bonheur. Cette femme est pour moi une amie sincère et la confidente de toutes mes pensées et décisions. C’est un amour que je me suis résolu à étouffer pour la soutenir dans son mariage éphémère, sa joie d’être mère et sa maladie. Je voulais aussi la protéger de mon amour si fort et de ma jalousie maladive.

Aujourd’hui, je vis qu’elle écrivait encore dans son cahier ce qu’elle ressentait et souhaitait pour sa petite fille. Sa main allait et prenait une pause pour penser aux mots qu’elle coucherait sur le papier. Lorsqu’Amélie eut fini, elle me tendit le carnet, elle me dit :

-J’aimerais qu’Élina le lise avec toi. Protège-la, prend soin d’elle.

-Oui Amélie. Je la garderai près de moi. Elle deviendra une personne exceptionnelle comme toi. Tu sais, je t’ai toujours porté dans mon cœur…

-Je sais. Ton affection est partagée Gabriel. Ta présence me rassure, me permet de croire encore que c’est possible de guérir et surtout ta présence mon ami…

Je l’écoutais avec attention et la regardai prendre une pause pour chercher ses mots.

-Ta présence mon ami représente les yeux de la loyauté et de la générosité. Nous sommes tous les deux imparfaits je le sais bien, mais l’imperfection de notre amitié la rend spéciale pour moi et je sais qu’Élina sera bien avec toi, car tu partageras cette amitié avec elle. finit par dire Amélie.

Je fis un petit sourire en coin et je la serrai dans mes bras. Élina qui dessinait nous rejoint et un câlin solide, rempli d’amour qui voulait tout dire pour nous se fit.

Lorsque je la relâchai, Élina et sa mère se prirent dans les bras de l’autre et Amélie lui raconta une histoire. La petite s’assoupit et je la pris pour laisser sa mère se reposer.

Avant de quitter la chambre, ma précieuse amie me dit qu’elle m’aimait fort et de prendre soin de nous deux. Je le lui promis et partit.

Le lendemain, je revins seul la voir et l’infirmière me dit que sa patiente était de bonne humeur ce matin. Je fus heureux de savoir cela et me dépêchai de rejoindre sa chambre.

Lorsque j’entrai Amélie fixait la fenêtre, mais je savais que son immobilité n’était pas normale. Je m’approchai d’elle et je sentis que sa peau était froide et son regard bien qu’apaisé s’était figé mort.

Durant ce jeudi pluvieux, ma douce amie s’éteignit.

 

4 comments on “Ma douce amie

  1. Maryse jardin

    Très beau texte touchant Audrey!! C’est réconfortant de te lire xxxxx

    J'aime

  2. Louise Moreau

    Texte court mais qui en dit long. J’ai bien aimé.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :