Littérature

Psychique Sérénade

« Mon esprit se resserre et mes tempes sont compressées. J’ai l’impression que ma tête va exploser, mais tout d’un coup je me sens léger et la pression s’arrête. »

 

Cet endroit est glauque et froid. Si je me retrouve ici c’est pour cause de rêverie interdite. Si le monde du rêve serait libre, chaque personne pourrait être en droit de vouloir penser ce qu’elles veulent. Nous, par contre, nous avons perdu ce droit suite à la Révolution du Rêve faîte par Séréna.

Je dis ceci en étant présent dans une cellule et je décide de me rendormir pour libérer ma conscience de l’étau de Séréna. Mon esprit se resserre et mes tempes sont compressées. J’ai l’impression que ma tête va exploser, mais tout d’un coup je me sens léger et la pression s’arrête. Le vide gris m’entoure et je vois une entrée. J’avance alors dans un tunnel saupoudré de mornes éclats de verre, qui sont les étaux des consciences libérées et je vois la résistance indépendante.

Elle s’y trouve psychiquement et travaille sans relâche pour éjecter les idéaux ancestraux de nos esprits alors qu’en surface, elle est représentée par des gens qui éradiquent des idées erronées et des préjugés présents dans les noyaux de notre société tels que les institutions du pays, les manifestations, les fondations.

Malgré nos efforts concrets, la liberté de voyager par la pensée est notre arme la plus efficace pour combattre la révolution de la sorcière. Le soir, la nuit nous nous infiltrons dans les rêves des gens et nous jouons avec leurs pensées secrètes, leurs rêves, leurs valeurs en essayant de convaincre et de déverrouiller le côté humain des gens.

Je lis mon engagement à voix haute devant les dirigeants de la résistance qui est de libérer les âmes des gens pour renverser Séréna la despotique.

On me souffle ma mission que j’endossai tout de suite et me réveillai. C’est alors que la fenêtre minuscule de ma cellule explose. Je sors et me voilà partit pour un renversement du pouvoir.

Esprit et corps réunis.

La pensée conçoit nos rêves.

Le «nous» ensemble veut la démocratie, mais faite par des gens sensés, diplomates.

Ne plus fuir, résister.

Tel est l’ultimatum délicat et explosif que vit notre société.

Ainsi que les gens au pouvoir trop osé.

ZWOieCilEsw
Oummi-materne.com ©

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s